Wednesday , January 19 2022
Home / Elias Forneris

Elias Forneris



Articles by Elias Forneris

Passé mythique, présent introspectif — Revue de Presse : 16 décembre 2021

December 16, 2021

Share the post "Passé mythique, présent introspectif — Revue de Presse : 16 décembre 2021"

« Le char funèbre de Napoléon se dirige vers les Invalides, le 15 décembre 1840 »

Revue de presse du 16 décembre 2021.
« Oui ! suivez-moi, suivez-moi. Je suis le dieu du jour. » L’homme qui prononça ses paroles est en réalité devenu dieu d’un mois. Décembre, mois du sacre de Napoléon Ier en 1804 et de la bataille d’Austerlitz en 1805. Décembre, mois du retour des cendres de Napoléon à Paris en 1840. Décembre, également mois du coup d’État de son neveu Louis-Napoléon Bonaparte en 1851 — date choisie intelligemment. L’empreinte napoléonienne est partout en fin d’année. C’est à cette occasion que la Fondation Napoléon a ressorti un dossier sur le retour des cendres du 15

Read More »

Revue de Presse : 18 octobre 2021

October 18, 2021

Share the post "Revue de Presse : 18 octobre 2021"

À découvrir dans la presse : Trois hommages à des individus remarquables
La semaine passée, un chapitre de l’Histoire s’est clos avec la mort d’Hubert Germain, dernier Compagnon de la Libération encore en vie. Lors d’un hommage émouvant publié par la Fondation Charles de Gaulle, Hervé Gaymard affirme qu’aux côtés de Germain, « c’est l’ordre des Compagnons de la Libération, fondé par le général de Gaulle dans les sombres heures de l’automne 1940, qui s’éteint avec lui. » Gaymard évoque un texte court mais merveilleux d’André Malraux — que l’on retrouve ici — rédigé en 1971 dans l’anticipation de ce moment : « dans la crypte du mont Valérien, il y a un cercueil vide : il attend le dernier Compagnon de la Libération.

Read More »

Quand Simone Weil vivait à Londres

August 27, 2021

Share the post "Quand Simone Weil vivait à Londres"

« Quand une société court irrésistiblement vers le mensonge, la seule consolation d’un cœur pur est d’en refuser les privilèges … Mais elle portait fièrement sa folie de vérité. » Ainsi Camus décrivit Simone Weil, philosophe au destin tragique qui périt à tout juste trente-quatre ans. En écrivant la préface de l’Enracinement, Albert Camus et T.S. Eliot aidèrent à immortaliser ce « génie » et cette presque-« sainte ». Cependant, un pan remarquable de la pensée de Simone Weil demeure toujours dans l’ombre. Les essais qu’elle rédigea à Londres pendant la Guerre sont, pour employer son expression, « un dépôt d’or pur qui est à transmettre. »

Une vocation de résistante ?D’emblée, rien ne suggérait que Simone Weil

Read More »

The Source of Our Restlessness

February 10, 2021

Share the post "The Source of Our Restlessness"

Blaise Pascal, seated at his desk. Line engraving by J. Bein.

“We just cannot get a break.” Surely that is the universal sentiment of the past year. Yet in trying to rationalize a catastrophic year, there is something we can do moving forward: stop guessing what will be the next catastrophe. For the sarcastic observers, “What will this month hold for us?” has become the new “Have you seen the weather?” This phenomenon speaks to actual catastrophe as much as to our restlessness in expecting it.

Turn to Alexis de Tocqueville, and Democracy in America tells a reassuring tale instead: events can get better or worse—but events are only part of the picture. Fortunately, historical events will pass; whereas our temperament

Read More »