Thursday , July 19 2018
Home / IFO Hans-Werner Sinn & Clemens Fuest / Fuest, le président de l’Institut ifo, critique les décisions du sommet européen

Fuest, le président de l’Institut ifo, critique les décisions du sommet européen

Summary:
Le président de l'Institut ifo, Clemens Fuest, a critiqué les décisions du dernier sommet européen. « Des aspects essentiels de la réforme de la zone euro ont été oubliés lors du sommet de la semaine dernière », expliquait-il au Munich Economic Summit. « L'étape la plus importante serait de désengager les banques de leurs obligations d'État. Il est apparu clairement que les États membres sont particulièrement divisés sur la question. Mais tant que les banques détiennent de grands volumes d'obligations d'État, l'annonce d'une restructuration de la dette des États surendettés n'est tout simplement pas crédible. » « Afin de surmonter la crise de l'euro, il est nécessaire d'établir un équilibre entre le partage des risques et une

Topics:
Clemens Fuest considers the following as important:

This could be interesting, too:

Clemens Fuest writes Budget Developments – Germany Has Been Underinvesting in Its Future for Years

Clemens Fuest writes Europe’s Construction Industry Loses Impetus

Clemens Fuest writes Le secteur européen du bâtiment perd de son élan

Clemens Fuest writes ifo Viewpoint No. 198: Tariffs on cars

Le président de l'Institut ifo, Clemens Fuest, a critiqué les décisions du dernier sommet européen. « Des aspects essentiels de la réforme de la zone euro ont été oubliés lors du sommet de la semaine dernière », expliquait-il au Munich Economic Summit. « L'étape la plus importante serait de désengager les banques de leurs obligations d'État. Il est apparu clairement que les États membres sont particulièrement divisés sur la question. Mais tant que les banques détiennent de grands volumes d'obligations d'État, l'annonce d'une restructuration de la dette des États surendettés n'est tout simplement pas crédible. »

« Afin de surmonter la crise de l'euro, il est nécessaire d'établir un équilibre entre le partage des risques et une certaine discipline de marché. Des démarches unidimensionnelles en vue de la mise en place d'un système de partage des risques pourraient mettre à mal tous les efforts visant à adopter une politique économique et financière saine. Il est également essentiel de préserver la fiabilité et la confiance mutuelle des États membres. Un engagement clair de la part de tous les États membres envers les principes fondateurs de la zone euro serait par ailleurs fondamental – en particulier pour ce qui est de l'indépendance de la politique monétaire, de l'assainissement des finances publiques et de la stabilité du secteur financier », a-t-il ajouté.

Fuest rappelle : « Les États doivent également redoubler d'efforts vis-à-vis de leur politique économique nationale. Certains États membres ne mettent pas suffisamment à profit le redressement économique actuel pour entreprendre des réformes structurelles et réduire leur dette publique. Ils courent le risque de ne plus avoir aucune marge de manœuvre financière pour la mise en place d'une politique de stabilisation lors de la prochaine crise. La Banque centrale européenne ne disposera en outre de son coôté que d'une marge de manœuvre limitée pour diminuer les taux d'intérêts lors du prochain ralentissement économique, puisque malgré la reprise économique, les taux resteront probablement faibles pour une longue période. »

Fuest déplore le manque de progrès dans les négociations du Brexit, alors que la date de sortie, à savoir mars 2019, approche à grands pas. « Un Brexit sans accord nuirait gravement à toutes les parties. Tant que le problème de la zone euro et celui du Brexit ne seront pas résolus, l'UE manquera d'énergie politique pour relever les défis mondiaux et agir en conséquence. Ces défis mondiaux comprennent par exemple le différend commercial avec les États-Unis, la migration, la politique internationale de sécurité et la défense des intérêts européens dans un monde de plus en plus dominé par la Chine et les États-Unis. »

Clemens Fuest
Clemens Fuest took over from Hans Werner Sinn as chairman of the IFO Institute in April 2016. He is professor at the Faculty of Economics of the University of Munich.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *