Thursday , September 20 2018
Home / IFO Hans-Werner Sinn & Clemens Fuest / Les Allemands ne veulent pas d’assurance chômage européenne

Les Allemands ne veulent pas d’assurance chômage européenne

Summary:
La majorité des électeurs allemands ne veulent pas d'assurance chômage européenne. 57 pour cent des personnes sondées se disent contre, et seuls 18 pour cent soutiennent le projet de réforme. 48 pour cent se disent en revanche en faveur d'une procédure d'insolvabilité ordonnée pour les États. C'est ce qu'a révélé une nouvelle étude du réseau de recherche EconPol Europe publiée à Munich à l'occasion de la table ronde d'EconPol organisée dans le cadre du Munich Economic Summit. « Le fort taux de rejet d'une assurance chômage européenne s'explique par la crainte de voir les États membres de la zone euro effectuer des versements mutuels à long terme. Les citoyens craignent également que les gouvernements ne consacrent plus suffisamment d'efforts à la lutte contre le

Topics:
Clemens Fuest considers the following as important:

This could be interesting, too:

Clemens Fuest writes Trump’s Tariffs Will Curb China’s Growth and Put Europe in Stronger Position

Clemens Fuest writes German Federal Ministry for Economic Affairs Experts Advise Bundestag to Ratify CETA

Clemens Fuest writes L’Institut ifo souhaite calculer la taxe foncière en fonction des surfaces

Clemens Fuest writes ifo Institute Supports Local Property Tax Based on Surface Area

La majorité des électeurs allemands ne veulent pas d'assurance chômage européenne. 57 pour cent des personnes sondées se disent contre, et seuls 18 pour cent soutiennent le projet de réforme. 48 pour cent se disent en revanche en faveur d'une procédure d'insolvabilité ordonnée pour les États. C'est ce qu'a révélé une nouvelle étude du réseau de recherche EconPol Europe publiée à Munich à l'occasion de la table ronde d'EconPol organisée dans le cadre du Munich Economic Summit. « Le fort taux de rejet d'une assurance chômage européenne s'explique par la crainte de voir les États membres de la zone euro effectuer des versements mutuels à long terme. Les citoyens craignent également que les gouvernements ne consacrent plus suffisamment d'efforts à la lutte contre le chômage », explique l'auteur de l'étude, Mathias Dolls, directeur adjoint du centre de macroéconomie et des enquêtes de l'ifo.

« Nos résultats suggèrent que la population allemande n'est pas en faveur de mesures unidimensionnelles visant à mettre en place un plus grand partage des risques. Il est également judicieux d'un point de vue économique de s'assurer, lors des prochaines négociations au sujet de la réforme de la zone euro, de l'établissement d'un équilibre adéquat entre solidarité et discipline des marchés », ajoute-t-il.

Ces deux propositions se retrouvent dans la déclaration franco-allemande de Meseberg relative à la réforme de la zone euro. L'étude d'EconPol se fonde sur une enquête du German Internet Panel ; l'échantillon est représentatif de la population allemande.  

Publication (in English)

  1. Dolls, Mathias and Nils Wehrhofer, "Attitudes towards Euro Area Reforms: Evidence from a Randomized Survey Experiment", EconPol Working Paper 11, 2018, Information | Details | PDF Download

Clemens Fuest
Clemens Fuest took over from Hans Werner Sinn as chairman of the IFO Institute in April 2016. He is professor at the Faculty of Economics of the University of Munich.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *